Véronique Coty

Véronique Coty est née en 1971 en Normandie. Le théâtre lui offre à 26 ans l’occasion d’aller jouer dans un music-hall à New-York. Elle y découvre la marqueterie d’assiettes anciennes et prend deux années pour explorer cette technique et la vie new-yorkaise. Elle revient en France et ouvre son atelier de Picassiette rue Fontaine à Paris.

Véronique se passionne pour le travail des artistes. En 2000 elle fait la connaissance du photographe Lucien Clergue qui lui fait découvrir le tirage argentique et la retouche manuelle. Elle l’assistera dans son atelier arlésien pendant quelques années. En 2009, elle s’installe en Touraine, se rapprochant de la demeure de son aïeul, le château d’Artigny. Elle intègre une société de conservation d’archives en tant que photographe tandis que sur ces terres, mûrit l’envie de s’investir dans le projet de partager son immense patrimoine familial, encore méconnu du grand public.

Son grand-père Henri Coty, fut l’un des fondateurs du Prix François Coty, en 2000. À ses côtés, au fil des éditions, elle apprend de son histoire et prend la mesure de l’immense respect suscité par l’œuvre de François Coty auprès des parfumeurs. La mort de Henri Coty a provoqué une onde de choc dans le milieu de la parfumerie, le Prix François Coty fut un temps renommé Prix International du Parfum. En 2017, elle prend la présidence de l’Association François Coty. Elle œuvre avec son mari Nicolas Gandilhon, à raviver le souvenir de cet homme qui apporta tant au monde de la parfumerie. Démarche qui s’inscrit en parallèle de la mise en lumière des parfumeurs créateurs d’aujourd’hui.